Non classé

28.02 – Environnement : les éléments clés du nouveau rapport du GIEC

RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE-IMPACTS

28 février 2022 : Publication du 2ème volet du 6ème rapport du GIEC

Le groupe 2 du GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) qui étudie les conséquences du réchauffement climatique sur la nature et les sociétés humaines a publié ce lundi son rapport.

Ce dernier porte spécifiquement sur les impacts, l’adaptation et la vulnérabilité de la planète face au réchauffement climatique. Il fait suite au 6ème rapport publié par le groupe 1 en août 2021 qui s’est attaché à mettre lumière l’aggravation continue de la crise climatique.

Dans ce 2ème volet, de plus de 3500 pages, le groupe composé de 270 scientifiques issus de 67 pays s’est attaché à comprendre

  • comment le réchauffement climatique nous affecte
  • comment il nous affectera dans le futur
  • et comment nous pouvons y faire face.

Il revient entre autre sur les inégalités entre les régions et les populations face aux risques climatiques, et sur les stratégies d’anticipation et de gestion des risques à mettre en place.

Mais concrètement, quels sont les éléments clés dévoilés dans ce rapport ?

Un constat sans appel :

« Ce rapport reconnait l’interdépendance du climat, de la biodiversité et des populations humaines. Il intègre davantage les sciences naturelles, sociales et économiques que les évaluations précédentes du GIEC. Ce rapport est un avertissement urgent à prendre au sérieux sur les conséquences de l’inaction », résume Hoesung Lee, président du Giec.

À court terme, certains risques sont pratiquement inévitables

Le rapport du groupe 2 insiste également sur le caractère inévitable d’un certain nombre de risques associés au réchauffement climatique à court terme. D’ici quelques années, s’il suit les tendances actuelles, le monde devrait atteindre 1.5 degré de réchauffement climatique par rapport aux niveaux pré-industriels, et à de tels niveaux, certains impacts sont inévitables.

Si les températures dépassent les 2°C de réchauffement, le développement résilient au changement climatique deviendra impossible dans certaines régions du monde.

Le document met en lumière les relations fortes entre le climat, la biodiversité et la subsistance de l’espèce humaine.

Il alerte sur l’augmentation des vagues de chaleur, sur les sécheresses, sur leurs conséquences sur l’accès à l’eau, sur les effets des modifications du climat sur la production agricole.

Et passe en revue les répercussions sanitaires et économiques tout en mettant en avant des solutions dites d’adaptation et en en plaidant en faveur du développement résilient au changement climatique.

« Le changement climatique est une menace grave et croissante pour nous et la planète. Les actions que nous entreprenons maintenant décideront de la manière dont les populations s’adapteront et de la réponse de la nature à l’augmentation des risques climatiques. »

Les impacts du changement climatique sont observés dans de nombreux écosystèmes et systèmes humains dans le monde entier

Les impacts observés sur l'écosystem
Impacts observés sur les humains

Les impacts et l’adaptation en Europe et en France

La France et l’Europe font également face à des risques climatiques importants pour leur production agricole.

Les vagues de chaleur menacent en effet la santé de la population, notamment les personnes habitant dans les villes. La biodiversité risque aussi de fortement souffrir et la région fait face aux risques d’inondations fluviales et marines.

Plus d’impacts pour les populations vulnérables

A l’échelle mondiale, les pays qui vont être le plus durement frappés par tous les risques identifiés par le GIEC sont les pays les plus fragiles sur le plan économique, social ou institutionnel.

Environ 3,3 à 3,6 milliards de personnes se situent actuellement dans des zones très exposés aux changements climatiques, notamment en Afrique de l’Est, Afrique centrale et Afrique de l’Ouest, Asie du Sud, ou dans les petits Etats insulaires.

Les causes des répercussions du réchauffement climatique

Selon le rapport du GIEC, pour l’Europe, la principale cause serait le manque de sentiment d’urgence face à la crise climatique ainsi que le fait qu’il est difficile de transformer en profondeur tout un réseau déjà existant d’infrastructures. En Amérique, c’est la désinformation sur le climat qui est mis en cause.

Quelles solutions et technologies adopter pour lutter contre le réchauffement climatique et atténuer les impacts et réduire les émissions de gaz à effets de serre ?

En avril 2022, le Giec publiera le dernier volet de son 6e rapport, il aura pour objet de donner des réponses à cette question.



    (*) champs obligatoires - Vos données sont destinées à Cèdre, pour traiter votre demande et répondre à vos questions. Vos données seront traitées conformément à notre Politique de Données Personnelles et de Cookies. Vous disposez à tout moment d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement et d’opposition, ainsi qu’un droit à la portabilité de vos données et à la limitation de leur traitement.